J’ai testé pour vous #2 : Le e-book

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bienvenue entre deux pages de notre histoire!


Laissant au mystère et au succulent suspens les circonstances qui m’ont amenées à faire l’acquisition momentanée d’une liseuse, je vais vous parler de ses avantages et de ses inconvénients, le tout surmonté de mes petits commentaires.


Il y a quelques années (je ne saurais en dire combien), la tablette liseuse est sortie sur le marché. Sony, Kindle et j’en passe on fait leur grande entrée dans les bibliothèques, tout autant que les e-books, version électronique des ouvrages de tous temps et toutes langues.

Il est désormais possible d’emporter avec soi des milliers de livres dans un seul et même petit boîtier.


Je me dois de vous dire, avant tout, que je ne suis pas une protectrice de ce genre d’outils. Je ne dis pas non à la technologie mais il est des domaines sur lesquels j’aime à garder toute authenticité. Les livres! 

Rien ne remplacera le plaisir simple et réconfortant de tenir un ouvrage entre ses doigts, de sentir tout le génie et le temps qui l’ont façonné, de s’imaginer des inconnus dans tous les coins du monde, le tenir de la même façon, éprouvant les mêmes émotions. Les livres nous réunissent, d’une certaine manière. Rien ne remplacera la joie de tourner soi-même les pages, de cheminer entre les chapitres en soupirant avidement, et d’enfin, quand l’histoire est finie, refermer la 4e de couverture sur le reste, le regard brillant mais nostalgique, vainqueur d’une nouvelle histoire, vainqueur d’un récit de plus, nostalgique d’en avoir si vite fini, avide d’ouvrir un nouveau trésor ou de reprendre à son début l’un ou l’autre livre. 

Rien ne remplacera la fierté et le réflexe presque incontrôlable qui nous guide à entreposer nos ouvrages, à les classer par auteur, édition ou taille, par importance dans nos vie, préférence ou pour faire étalement de notre culture. 

Ces gestes font la poésie de la lecture, des rituels presque religieux, méticuleux et gratifiant pour les écrivains. Nous soignons le fruit de leur imagination et de leur labeur.

Mais comme je suis une jeune femme curieuse et qu’uns occasion se présentait, j’ai testé pour vous une liseuse.La liseuse Kindle pour être précise!


Mon inquiétude dans l’usage de la liseuse, est que si il se généralise, il se pourrait que les livres perdent leur place. Je fais confiance à de fervents défenseurs du livre pour combattre ceci et assurer à nos bibliothèques de rester pleines et riches mais je reste perplexe quant aux plus jeunes générations et je prie pour que l’enseignement et l’avenir assurent une place forte et encrée au Livre dans nos foyers. Imaginez un peu un monde, dans quelques dizaines d’années, où il y aurait dans les bibliothèques familiales juste assez de liseuses pour tous les membres, toutes bien fournies, à n’en pas douter, mais vides à nos yeux.

Par là aussi, la peur de la mort des maisons d’éditions, des imprimeries spécialisées.

Il est aussi utile de s’interroger sur les conditions sociales, économiques, écologiques et éthiques dans lesquels sont fabriquées ces liseuses…Il y a toujours un trait obscur dans ces histoires.

Le test : avantages et inconvénients


+ J’emmène ma liseuse chargée de livres en tous genre, partout où je le souhaite, sans m’encombrer de lourds ouvrages,

+ Je peux stocker (comme dis au premier point) un très grand nombre d’ouvrages,

+ C’est, à première vue, un plus écologique puisqu’il n’est plus question d’émettre du CO2 dans les imprimeries, (à voir si l’emprunte est diminuée ou non)

+ L’écran étant mat, je peux lire même au soleil, pas de reflets, pas de gêne,

+ Pas besoin de mes deux mains, je tourne les pages en appuyant sur un simple bouton et comme je change de main de temps en temps, il y a un bouton pour passer à la page suivante (et aussi pour la précédente) à chaque tranche de la liseuse,


– On perd l’immense plaisir de tenir un livre, de sentir les pages.

– Bien que la batterie soit assez coriace, si on tombe à court, pouf plus de lecture!

– Est-ce bon pour les yeux? Sûrement moins qu’un livre (lisez le soir avant de dormir, ça fatigue le cerveau et les yeux et donc aide à dormir contrairement aux écrans!)

– Comment draguer si on ne sait pas ce que vous lisez!? Ha oui, pas de couverture sur la liseuse, personne ne va pencher légèrement la tête pour savoir ce que vous lisez, et ensuite vous en parler timidement.

– Ca sera JAMAIS aussi beau qu’un livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s